Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chaud, chaud, chaud !

  • Love, love, love, et vive le printemps !

    Hello,

    Savez-vous qu'aujourd'hui c'est le printemps ? Est-ce que ce n'est pas trop une bonne nouvelle, ça, tout d'même ? YOUPIIIIIIIIIIIIIIIII !

    Je lisais la Truffe s'émerveiller que son homme l'accompagne sans broncher ni grogner ni procrastiner ni se plaindre à des brocantes.

    Impression complice pareille pour moi qui ai réussi à traîner cher-et-tendre ET choubidou (sans débordements de couche ni catastrophes qui auraient sérieusement pu écorner la bonne entente que j'entretiens avec les gars-de-là-bas), un exploit, à Emmaüs, à Leroy Merlin, à Ikea (bon pas récemment car on est à sec) et à y faire des achats intelligents .... Et moi aussi j'aime bien, franchement.

    En même temps, le mec, s'il aime être avec nous, il aime nous accompagner ou alors il reste chez lui, non ?

    C'est toujours mieux que de l'entendre geindre inutilement, gâchant notre propre plaisir.

    Même je trouve que j'ai de la chance. Bien entendu, je n'ai pas découvert ça ce matin, ça fait un bail, mais l'avais-je déjà écrit sur ce blog qui est le mien ? Pas dit. Et heureusement, cela ajoute du sacré, du beau et de l'amour à mes observations.

    Et, à l'instar des bons moments que nous vivons avec nous-mêmes ou avec les autres, l'amour vécu, confié, remercié et félicité "c'est IM-POR-TANT", martèlerait Tom-Tom. Pas le cirage de pompes, attention, aucun-lien-fils-unique, voyez ? En plus, je me fatiguerais pour rien, l'Homme travaillant trop, le pauvre, à sa mine Ouaramérienne pour rapporter notre pitance, du mardi au samedi, pour consulter et poster sur mon blog, et je l'en pardonne.

    En même temps l'Homme -et autres Ouaramériens du même cru-, si tu lis et que tu as envie de réagir, FAIS-LE !!!! Je préfère ça plutôt que tu m'en parles le soir en me disant "tiens on a bien aimé ta note sur machin-bidule, on avait envie d'écrire et puis on a écouté Cascada pis zappé", parce que vois-tu, pour moi, savoir que mon Homme est allé sur mon blog, ça me flatte à mort (m'en faut pas bézèf, je sais bien, mais pour ceux qui l'ignorent, l'Homme a une passion -autre que moi, son fils, nous tous les 2 et nous tous les 3- qui occupe déjà bien ses journées, ses soirées, bref, le temps qu'il peut), mais se faire zapper par Casada, c'est un peu vexant, tout d'même, toutes les nanas bien constituées du cerveau, enfin comme moi, donc, en conviendront.

    Aaaah, jeunesse, qui sait si dans 10-15 ans j'aurais la même complaisance ? Mais on en est pas là et encore heureux ! Si on devait se projeter sur 10 ans, on ne vivrait plus maintenant.

    Tiens, pour fêter le printemps, j'ai dit à cher-et-tendre que malgré nos actuelles difficultés financières, j'allais pousser le vice du jardinage (et dépenser un bon d'achat là où on peut mieux ou plus consommer) en achetant quelques plants de fraisiers, s'il aimait tellement ça, genre 2-3, pour se donner la pêche.

    Alors l'Homme m'a regardée en face, presque froidement, j'ai cru, enfin avec une expression indéfinissable sur le visage et m'a dit : "Je crois, mon amour, que tu n'as pas saisi l'importance de la chose. Cette année sera celle de la fraise, c'est pas 2-3 plants qu'il faut prendre mais beaucoup plus !".

    Un grand moment.

    Du coup, ce midi, j'ai pris 16 plants de fraises, merci mon chéri !!!!!!