Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A propos

    Le p'tit loulou en photo c'est Thomas, évidement, c'est le fils qu'on s'est fabriqué avec son papa, et qui en ce moment nous enchante d'expressions (et de décisions) très déconcertantes.

    Photo et couleurs précédentes ne me convenaient plus, je suis dans un mode urgence-de-changement, avec beaucoup d'idées et énormément de trouille.

    C'est aussi une façon de dire à mon p'tit d'homme, même s'il ne sait pas encore lire, bien entendu, juste parce que j'éprouve le besoin de l'exprimer et même si je le lui ai déjà dit ce matin mais qu'il n'a peut-être pas vraiment compris, que je l'ai trouvé très courageux de gérer l'oubli de son doudou à la crèche et donc pendant tout le week-end, même s'il était très triste, qu'il n'a pas du tout sucé son pouce et que même s'il s'était exceptionnellement entouré d'autres peluches jusqu'alors ignorées pour, je cite "se consoler", ça a quand même dû être difficile.

    Heureusement je sais qu'en ce moment il doit certainement l'étreindre, peut-être moins frénétiquement que ce matin lorsqu'il l'a retrouvé, fort heureux et soulagé, devant les yeux attendris de son papa (et oui, l'Homme Doom n'est parfois pas celui que l'ont peut croir deviner, il a un coeur mais chuuuuuut ! je ne dois pas trop l'ébruiter.... quand même je sais que nous sommes bien ensemble, vraiment, malgré nos multiples difficultés) et qu'il suce son pouce....

    Non que je m'en réjouisse car il me semble être un parfait candidat à l'appareil d'orthodontie et ça c'est dommage, mais à force de lectures et d'un judicieux abonnement à un magazine parental, j'ai capté que le doudou est un objet transitionnel important et que son oubli ou, pire, sa perte, ne se font pas sans certains heurts. Et non, on ne l'avait pas en double ! C'est les parents parfaits qui font ça, voyons !